• Increase
  • Decrease
  • Normal

Current Size: 100%

Des pays d'Amérique latine et les Caraïbes se sont joint et ont réaffirmé au niveau mondial leur engagement pour l’action afin d’atteindre la cible 8.7 de l'Agenda 2030.

La grande mobilisation mondiale pour mettre fin au travail des enfants d'ici 2025 a commencé : « Agir, inspirer et changer d'échelle »

Les dirigeants et représentants du monde entier se sont réunis virtuellement lors de l'événement mondial de lancement de l'Année internationale de l’élimination du travail des enfants 2021 présidé par Guy Ryder, directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT) ; Henrietta Fore, directrice générale de l'UNICEF, Kailash Satyarthi, prix Nobel de la paix, et Amar Lal, activiste et ancien enfant travailleur. Les pays et les gouvernements, ainsi que les institutions et les organisations à tous les niveaux et dans tous les secteurs, ont réaffirmé leur engagement et leur volonté d'agir afin d’avancer vers la réalisation de la cible 8.7 de l'Agenda 2030, qui appelle à mettre fin au travail des enfants d'ici 2025.

 Ainsi, 2021 commence avec une mobilisation mondiale majeure qui se concentre sur la protection des droits des enfants et des adolescents dans le monde entier face aux conséquences du travail des enfants et des adolescents, en particulier sous ses pires formes. Une réalité qui touche 152 millions d'enfants dans le monde - 10,5 millions en Amérique latine et les Caraïbes - et qui, en raison de la crise sanitaire et économique actuelle, pourrait s'intensifier mettant en péril les avancées importantes de ces dernières décennies.

Lors de l'inauguration, les attentes et les projets de différentes parties du monde ont été partagés sur le thème « Agir, inspirer et changer d’échelle », les piliers de l'Année internationale 2021, afin de rendre visible, d'engager et de promouvoir l'action d'acteurs plus nombreux et différents. Dans cette optique, l'événement a élargi l'appel urgent à la définition d'un Engagement pour l'Action 2021 qui contribue à mettre fin au travail des enfants et qui puisse être réalisé d'ici décembre de cette année. Parmi les exemples d'engagements pour l’action figurent l'allocation de budgets, la formulation et l'adoption de lois, l'amélioration de la protection sociale, entre autres mesures nécessaires et réalisables qui  donneront un élan à la Ve conférence mondiale sur l'élimination durable du travail des enfants, qui sera accueillie par le gouvernement sud-africain en 2022. 

Au nom de la région, la ministre du travail et de la sécurité sociale du Chili, María José Zaldívar, représentant les 30 pays et membres tripartites de l'Initiative régionale Amérique latine et les Caraïbes sans travail des enfants, a exprimé leur engagement commun pour «  Intensifier l’action tripartite de l’Initiative régionale Amérique latine et les Caraïbes sans travail des enfants afin d’accélérer la réalisation de la cible 8.7, en accordant une attention particulière au contexte de reprise après la crise du COVID-19 et en donnant la priorité au travail décent ».

Assurer la croissance et le développement adéquats des enfants et des adolescents est une priorité pour l'Initiative régionale et ses membres, d'autant plus maintenant que les garçons, filles et adolescents doivent être au centre des priorités d'action en réponse aux crises et pour la reprise après celles-ci. À cette fin, il est important de noter qu’en vue de la cible 8.7, l'Amérique latine et les Caraïbes mettent en œuvre des actions efficaces en collaboration avec leurs partenaires de développement depuis plusieurs années.

L'engagement soutenu  de l'Agence andalouse de coopération internationale pour le développement (AACID), de l'Agence brésilienne de coopération (ABC), de l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et du ministère du travail des États-Unis (USDOL) a joué un rôle fondamental dans l'intensification de la prévention et de l'élimination du travail des enfants dans la région, passant de 14 millions de garçons, filles et adolescents astreints au travail en 2008 à 10,5 millions  en 2016. Grâce à ce soutien continu, l'Amérique latine et les Caraïbes se sont positionnées comme la région la plus susceptible d'atteindre la cible 8.7.

Dans ce contexte, il convient de souligner que la proposition de déclarer l'Année internationale de l’élimination du travail des enfants 2021 est une initiative et un engagement pris par le Groupe des pays d’Amérique latine et des Caraïbes (GRULAC) lors de la IVe Conférence mondiale sur l'élimination durable du travail des enfants (Argentine, 2017). Son adoption mondiale, parrainée par 78 États membres des Nations unies, a eu lieu lors d'un événement organisé par l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Alliance 8.7 dans le cadre du Forum politique de haut niveau pour le développement durable en 2019.

Vous pouvez voir l'enregistrement de l'événement ici.

Pour plus d'informations, visitez le site officiel de l'Année internationale de l’élimination du travail des enfants : /www.endchildlabour2021.org

Add new comment